Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Lettres
 
Lettre n° 3 - Avril 2008
Edito
Une majorité d’élus a voté au Parlement en première lecture une loi pour favoriser la culture des OGM et ainsi continuer à contaminer la vie.

Les belles paroles du Grenelle de l’environnement s’envolent, non seulement nous risquons des désordres écologiques graves, des risques de mutations incontrôlables mais nous assistons, aussi, à la destruction des communautés rurales par quelques grosses firmes.

Les OGM, nous sont présentés pour lutter contre la faim dans le monde, en réalité, non seulement, ils menacent l’environnement et notre santé mais aussi notre liberté :
- Les paysans du monde entier sélectionnaient leurs graines depuis des siècles, il existe des millions de variétés adaptées à tous les climats et les sols, ce patrimoine végétal, inestimable bien de l’humanité, est en train de disparaître, breveter le vivant, cela veut dire que l’agriculteur et le jardinier, ne pourront plus semer leurs propres graines.
- Les producteurs d’ OGM mettent en péril l’agriculture vivrière de tous les Pays et par le contrôle des semences, ruinent les paysans de plus en plus dépendants des herbicides cancérigènes et empoisonnent leur terre.

Pourtant, 1 ha de culture diversifiée peut nourrir 100 fois plus de personnes qu’une monoculture.

Les OGM dans la nature détruisent la biodiversité dont dépend l’humanité, ils n’ont strictement rien à voir avec la recherche scientifique mais sont les armes d’une guerre économique où les ennemis de la terre, génèrent des profits énormes.


Perdre sa vie à la gagner ?
Marx avait décrit deux façons d’augmenter la plus-value : par la baisse des salaires et par l’augmentation du temps de travail. De nos jours, il n’est évidemment pas facile de faire baisser les salaires dans notre pays. La mensualisation représente d’ailleurs une certaine protection et la dégradation du rapport de force employeurs/salariés n’est quand même pas au point où un patron peut brutalement proposer de baisser le salaire mensuel.
Lire la suite...

Victoire des ouvriers grecs à Saint Nazaire !
Le 1er avril 2008, Nicos, Boris et Léonidas, ouvriers grecs de Elbe, entreprise sous-traitante allemande de Aker Yards (ex Chantiers Navals de St Nazaire) ont obtenu satisfaction, paiement de leurs salaires de 8 000 euros et billet d’avion pour leur retour en grèce, après 19 jours de grève de la faim faisant suite à un mois de grève.
Amère victoire ! Deux jours à peine après son retour, Nicos décédait d’un arrêt cardiaque.
Lire la suite...

Education nationale : une casse programmée du service public d’éducation
Depuis bientôt deux mois, les lycéens se mobilisent et manifestent contre la « réforme » dans le second degré, et plus largement dans l’Education nationale. Le 15 Avril, ils étaient 40 000 à défiler à Paris, avec leurs enseignants. On peut penser que le 15 mai (journée de grève dans l’Education nationale) la mobilisation sera bien plus importante.
Lire la suite...

Rebond Syndicalisme : poursuivons le débat !
L’article d’Alain Colombel (lettre Eco-Sol n°1) est un bon outil pour qui veut enrichir le débat sur l’avenir du syndicalisme en France. Comment en effet ne pas en partager les présupposés sur l’émiettement et le faible taux de syndicalisation, sur son inaptitude à représenter une part croissante du monde du travail, sur la propension contractuelle enfin que manifestent certaines organisations dans un contexte d’affaiblissement des droits et de « compromis asymétriques » ?
Lire la suite...

Déroute à l’italienne
La défaite de la coalition italienne « Gauche Arc en ciel » interpelle douloureusement la mouvance écologiste et alternative européenne.
Rassemblant les Verts, Refondation communiste (principal parti alternatif issu du PCI), le Parti des communistes italien (communistes orthodoxes) et l’aile gauche des ex-Démocrates de gauche (ceux qui refusaient la transformation centriste de ce parti), la nouvelle alliance pesait environ 10 % de l’électorat si on additionnait les scores antérieurs (2006) des formations partie prenante. En réalisant 3,1 % en 2008, La gauche Arc en ciel perd donc environ 7O% de ses électeurs potentiels soit 2 millions de suffrages.
Lire la suite...

Note de lecture : Peut-on critiquer le capitalisme ?
Il faut lire ce petit essai collectif, paru en début d’année, aux éditions La Dispute. D’abord pour l’histoire mouvementée des textes qui le composent et qui, par sa brutalité, illustre à la perfection les difficultés pour une pensée critique, soucieuse de dégager des perspectives alternatives au système qui nous domine, de trouver des supports de diffusion grand public.
Lire la suite...
titre documents joints
  •  

    Réalisé avec Spip