Accueil
Fondamentaux
Contributions
Organisation
Lettres
Notes de lecture
ecologie solidaire
 
 
Contributions
 
FSE à Malmö : cependant positif

Il est certes difficile de faire à chaud le bilan d’une manifestation de 12 à 15000 personnes réunies dans plusieurs centaines d’ateliers et de séminaires, sans compter les autres formes plus informelles de débats. Et ceci malgré les graves problèmes d’organisation, notamment de traductions.

Des participants nombreux
Le choix d’un pays nordique s’il était pertinent à l’échelle de l’Europe n’a cependant pas eu tous les effets attendus. Ainsi, malgré les efforts des organisateurs (y compris financiers), les pays de l’Europe de l’Est étaient trop modestement représentés. La Turquie, organisateur du prochain FSE, l’Amérique latine (le prochain forum social mondial se tient au Brésil, à Belem, fin janvier 2009) étaient bien là et on ne pouvait manquer les portraits d’Evo Moralès. Mais l’Afrique, malgré le poids de ses liens avec l’Europe était absente. Si les partis politiques (surtout nordiques) étaient bien présents, les français étaient absents ; seuls les Alternatifs formaient une délégation bien visible lors de la manifestation finale ; les Verts français, comme les membres du PCF devaient se compter sur les doigts de la main ! la LCR/NPA... pas vue ! La CGT, Solidaires, la FSU et la CGIL étaient bien là, dans la manifestation et dans les débats. La Conf’ et Via Campesina étaient fortement présentes, tout comme les organisations de la société civile : les Attac d’Europe bien sûr, AC !, APEIS, Copernic, les no vox, CADTM, Espaces Marx, IPAM, de nombreuses organisations écologistes...
Les débats sur l’Europe et les prochaines élections européennes m’ont donné l’impression que la campagne du référendum sur le TCE a fait faire un grand pas aux Français en ce qui concerne l’analyse et la mobilisation sur les questions européennes.

Les biens communs
Nombre d’ateliers et de séminaires ont consacré leurs travaux à la question des biens communs : service publics (la Poste, les transports, éducation et culture...), ressources naturelles (eau, pétrole, air...), climat et plus globalement aux questions environnementales, à la souveraineté alimentaire sans oublier les droits civiques, le racisme, l’immigration, la construction d’une Europe démocratique, la paix et le désarmement...
La volonté des différents acteurs sociaux de renforcer dans l’organisation et l’efficacité des réseaux européens des solidarités pour faire face aux attaques néo-libérales est un des aspects essentiels de ce forum comme des autres.

La déclaration finale
La déclaration finale adoptée lors de l’assemblée des mouvements sociaux reflète bien cette volonté mais marque aussi les limites actuelles du processus : cette trop brève déclaration manque d’une réelle colonne vertébrale, d’un projet réellement unifiant. L’analyse qui ouvre cette déclaration ignore la crise environnementale. Les initiatives, aussi pertinentes soient-elles (contre les politiques sociales de l’U.E., contre l’OTAN et la guerre, contre la crise climatique, contre le G8) apparaissent seulement juxtaposées.
Le mouvement altermondialiste est une construction de long terme... Les Forums sociaux sont des temps forts de l’indispensable construction d’une pensée collective critique et de renforcement de pratiques alternatives, de construction de propositions pour lutter contre le néo-libéralisme. Il en sera encore ainsi à Bélem en janvier 2009 et à Istanbul en septembre 2010.

Augustin Grosdoy

 

Réalisé avec Spip